Dossier de presse

Dingue de son instrument

La Voix de l’Est – le 5 mars 2011
Par Michel Tassé

Granby – À 30 ans, Catherine Audet propose son premier album, intitulé Folle. «Pourquoi Folle? Parce que c’est le titre d’une des pièces et parce que certains trouvent bizarre que je joue d’un instrument comme le marimba», explique-t-elle avec le sourire.

Ils ne sont effectivement pas des tonnes au Québec à joueur du marimba, un instrument de percussion venu d’Afrique. Mais ceux qui en jouent, manifestement, en sont dingues. Comme Catherine.

«Le marimba, ce n’est pas juste mon instrument préféré, c’est ma passion, mon amour, mentionne l’auteure-compositrice-interprète d’Ange-Gardien. J’en joue depuis une quinzaine d’années, soit depuis que mon prof de musique m’a initiée à lui. Et ça a été Carrément!»

Ce qui fait tripper Catherine, qui a étudié la musique à l’université de Sherbrooke, c’est la sonorité de l’instrument.

«J’adore les sons qu’il produit. Et ce que je voulais, en faisant cet album, c’est faire découvrir le marimba aux gens.»

Folle est évidemment un produit indépendant. Et comme c’est souvent le cas quand on parle d’un truc du genre, elle a tout fait seule, ou presque. Elle soulignera tout de même l’apport du réalisateur Jimmy Lord.

«Je suis fière du travail accompli. J’ai mis beaucoup de coeur, des heures en masse et énormément de passion.»

Et elle considère sa musique comme étant accessible, même si le marimba n’a rien d’un instrument mainstream. En fait, on peut parler d’une pop aux influences de musique du monde.

«Ce n’est pas de la musique à deux accords, c’est clair, mais je pense que c’est de la musique qui peut rejoindre pas mal de monde. Quand j’écoute, je n’ai pas l’impression que ça s’adresse à une quelconque élite.»

Catherine Audet procédera non pas à un, mais à deux lancements de son album. Le premier aura lieu à la salle Bandeen de l’université Bishop’s le 25 avril et le second au Studio-théâtre de la Place des Arts le 27 avril.

Pour écouter et en savoir plus sur la musique de Catherine Audet: www.myspace.com/catherineaudet

Voir l'article original